Blogue Jardin de Ville - Outdoor Furniture Les chaises icônes de Jardin de Ville

Les chaises icônes de Jardin de Ville

Les icônes de Jardin de Ville

Au fil des ans, les mobiliers se sont succédé, transformés et même métamorphosés.

 Cette année, c’est une année toute spéciale pour Jardin de ville qui compte son 60e été.

Il est donc important de se souvenir… c’est pourquoi nous avons demandé à l’équipe de Jardin de Ville de creuser et puiser dans leurs plus beaux souvenirs.

Nous vous partageons donc aujourd’hui ce que ces chaises icônes évoquent pour nous.

Jardin de ville st-antoine

  St-Antoine, Été 1980 / Cliché de Marcelle et Johanne Bourque.

 

 chaise à courroiesJohanne Bourque – Chaise à courroies 1960

Donc, dans mes souvenirs assez lointains, je me rappelle du temps où jouait la chanson  »Ces bottes sont faites pour marcher » de Dominique Michel.

Je me rappelle des tables rondes en métal blanc qui mariaient toutes sortes de chaises en aluminium

avec des courroies de vinyle ou des tissus imprimés en vinyle assez YÉYÉ…

Même les balançoires étaient confectionnées dans les mêmes tissus !

Ensuite, sur un air de Joe Dassin en 1975, je découvrais pour la première fois Paris avec L’été indien,

et la première chaise à 5 positions ‘’Touquet’’, chaise de Triconfort.

   Une chaise en bois laqué qui sera reprise par la suite en résine de synthèse.

Ce fût la première révolution des meubles de jardin.

Chaise touquet triconfort jardin de ville

Toutes les cours extérieures se sont ensuite misent au blanc…et ce pour une décennie !

Des meubles fonctionnels et durables et des tables avec extensions qui dureront pendant plus de 20 ans… (Comme la table Menton par exemple).

Pour les années 90, il y eu un retour au fer forgé, aux années où la chaleur du bois réchauffait nos cours et où la venue du rotin synthétique fût son apparition pour nous offrir un look  »rotin » sans devoir en faire l’entretien.

Une deuxième révolution dans les meubles de jardin: la chaise Eastlake de Brown Jordan qui a marqué un tournant important en terme de mobilier extérieur!

  

chaise panier solarMarcelle Bourque – Chaise panier Solair 1972

Je me souviens de la chaise panier ronde Solair des années 60 aux couleurs éclatantes comme le : jaune, vert, blanc, bleu… sur armature noire. Ceci me rappelle ma mère, la campagne, la vie de famille et les étés très chaudes.

Je me rappelle également des parasols avec leurs longues franges noires et leurs imprimés floraux.  Ils me rappelle mon père qui s’installait dans la cuisine pour réparer les cordes de parasols cassées. Mon père était très habile de ses mains.

parasol à franges vintage   parasol vintageparasol à frange vintage

-Les couleurs des meubles évoquent chez moi des décennies.  Comme par exemple, le blanc représente pour moi les années 80…

chaise panier solar orange        Brigitte CôtéChaise panier Solair 1972

Pour moi, cette chaise est symbole des étés de ma jeunesse où, à tous les jours pendant le congé d’été,

mon frère et moi allions à la piscine de Lorraine pour nos cours de natation et de tennis.

Les chaises paniers se retrouvaient partout sur le terrain, autour de la piscine, dans sa fameuse couleur orange.

C’était au début des années 80…Jamais je n’aurais pensé qu’elle deviendrait une chaise icône!!

                        Nancy Bougie – Panama de Dedonchaise panama dedon

Bon voilà,  pour moi, c’est la chaise Panama de Dedon.

 Nous étions en voyage dans les Caraïbes, en croisière, sur un magnifique bateau, envahis par cette belle collection.

 Pour moi, cette chaise fait rêver… bord de mer, chaleur, soleil.  Que demander de plus ?

Selon moi, Panama de Dedon a été une des plus belles collections vendues durant plusieurs années.

  chaise tamiami brown jordan

Céline Godin – Tamiami de Brown Jordan 1960

Je suis une inconditionnelle de blanc…

Cette attirance si prononcée pour le blanc me vient de ma tante Lulu.

Mon premier souvenir est encore si fort.  Je n’étais qu’une enfant lorsque j’ai vu pour la première fois la chambre à coucher toute blanche de ma tante. Wow !

J’ai été illuminée, du blanc partout; du tapis au téléphone!!! Et là, je ne vous parle pas de sa maison entière qui était évidemment toute blanche!

Son jardin n’était… non, non, pas blanc ! Son mobilier l’était!!!

Je veux vous parler de la chaise Tamiami de Brown Jordan puisqu’elle m’évoque le jardin de tante Lulu.

Ah ! Quelle était bonne cette limonade, assise dans le jardin en écoutant Woman de Shan Philips sur une chaise Tamiami toute blanche.

Aujourd’hui, la chanson Woman s’est transformée en Mon Ange d’Éric Lapointe. Et oui, un ange, tout blanc!

Et la limonade en vin, mais cette fois-ci, non, pas blanc.

J’ai une préférence pour le rouge et ça, pour le vin seulement. Un bon Château Cheval Blanc!

Bien voyons !  Dans mes rêves seulement… oui j’aime rêver, la vie est plus intéressante et magique.

Je me contente d’un bon Vieux Château Champs-de-Mars Côtes de Castillon en regardant les papillons blancs avec mon ange à moi,

et là, je ne rêve pas!

 

             Danielle Richard – Forest de Fastchaise forest jardin de ville

Pour moi, la chaise Forest a toujours été un coup de cœur, autant au niveau de son allure que de son confort.

Mais lors d’un voyage en 2012, elle fût pour moi immortalisée dans ma mémoire et dans mon cœur!

Lors d’une croisière en Grèce ou j’étais complètement déconnectée de mon travail; je me retrouve lors d’une balade sur l’île de Mykonos devant la

façade toute blanche dece petit Bistro (sans nom !) meublé avec les chaises Forest !

paysage mykonos grèce

J’ai tout de suite pensé à Patricia (notre acheteuse) et je lui ai envoyé la photo!

Aujourd’hui, lorsque je regarde cette chaise, et bien je suis transportée en Grèce à chaque fois!

chaise forest jardin de ville

Véronique Blanchette – Florentine de Brown Jordan

Pour moi, la chaise Florentine de Brown Jordan me rappelle, enfant, les étés passés au chalet familial, plus particulièrement ces moments tout doux

passés avec ma grand-mère maternelle, en lui chantant :

‘’Je voudrais voir la mer’’ de Michel Rivard, je ne sais combien de fois…

J’avais à peine 4 ans et elle était mon meilleur public.

chaise florentine brown jordan

À chaque fois, le temps semblait s’arrêter et c’est un merveilleux souvenir qui me revient quand je pense à elle.

 

 »Par la mémoire, je deviens ce que je suis ».

-Jean Royer, L’Hexagone, 1988.

Répondre